Communauté de transformation et de commercialisation

Accueil>Formes de collaboration>Communauté de transformation et de commercialisation
Communauté de transformation et de commercialisation2021-06-25T12:45:40+01:00
le marketing conjoint augment la valeur ajoutée et les bénéfices – connaissance de la législation alimentaire nécessaire – un professionnalisme élevé est important

Dans une communauté de transformation et de commercialisation, des produits sont préparés et gérés de manière centralisée, p. ex. sous un label commun et selon des normes uniformes, et/ou commercialisés en commun, p. ex. par le biais de services de livraison ou de magasins à la ferme gérés ensemble. Les services traiteurs sont un bon exemple de ce type de communauté.

Un service traiteur communautaire offre à des femmes paysannes qui aiment le contact et qui ont du plaisir à préparer des collations/apéritifs à base de produits agricoles régionaux un travail à temps partiel avec la possibilité de réaliser un revenu équitable tout en réduisant les risques et les investissements de chacune.

Bild
Description détaillée (PDF)
Toutes les informations (PDF)
Facteurs clés (PDF)

«Il y a des gens qui ont passé commande une année à l’avance, parce qu’ils voulaient nos produits, parce qu’ils savaient «Nous, on veut l’apéro des paysannes de Bâle-Campagne.»

Susanne Strub, Baselbieter Bäuerinnen Apéro, responsable communication et matériel

«Je trouve que c’est important pour l’image de l’agriculture. Et franchement, sans fausse modestie, nous avons d’excellents produits, de très bonnes choses qui sont cultivées sur nos propres terres!»

Susanne Strub, Baselbieter Bäuerinnen Apéro, responsable communication et matériel

«Quand on rentre après avoir terminé le service et qu’on fait la vaisselle ensemble, je peux vous dire qu’on s’amuse bien des fois – ce ne sont pas les moments de convivialité qui manquent chez nous!»

Susanne Strub, Baselbieter Bäuerinnen Apéro, responsable communication et matériel

«On commande chez nous, simplement, parce que le régional et le saisonnier sont très demandés.»

Susanne Strub, Baselbieter Bäuerinnen Apéro, responsable communication et matériel

«La clé de notre succès? Prendre le temps qu’il faut pour tout bien préparer.»

Susanne Strub, Baselbieter Bäuerinnen Apéro, responsable communication et matériel

Les conditions à remplir pour un service traiteur communautaire qui fonctionne sont les suivantes:

  • aimer recevoir et servir, travailler en équipe et préparer des aliments;
  • idéalement, avoir un minimum d’expérience dans l’accueil et/ou la transformation de produits alimentaires:
  • connaître les risques d’un tel projet et prévoir des mesures en cas de problèmes;
  • avoir une vision commune du projet de service traiteur;
  • les investissements à faire pour démarrer le service traiteur communautaire se situent dans les limites du raisonnable.

Informations supplémentaires sur les Conditions préalables pour un service traiteur (pdf)
Informations sur la Marche à suivre pour un service traiteur (pdf)

Comment le projet est-il né?
Quels investissements avez-vous faits pour le mettre en route?

Parmi les principaux facteurs de succès pour un service traiteur, mentionnons:

  • compétences en matière de collaboration et de communication;
  • organisation efficiente, partage clair des responsabilités, solidarité lors de pics de travail;
  • arrangements contractuels clairs et équitables dans une forme juridique appropriée;
  • travail professionnel et standards de qualité uniformes (formations continues);
  • large réseautage dans la région.

Informations supplémentaires sur les Conditions préalables pour un service traiteur (pdf)
Informations sur la Marche à suivre pour un service traiteur (pdf)

Comment se déroule la procédure lorsque quelqu’un veut vous engager ?
Combien d’heures de travail est-ce que cela représente par année et par personne ?
Qu’en est-il de la publicité ?
Comment avez-vous calculé les prix ?

Conditions juridiques à remplir pour la création d’un service traiteur:

  • respect de la législation cantonale sur les denrées alimentaires et des prescriptions concernant les patentes et les licences spéciales;
  • respect des prescriptions générales concernant la transformation, l’hygiène, la déclaration, le contrôle de denrées alimentaires selon les ordonnances et directives de la Confédération;
  • connaissance des conséquences de la responsabilité du fait des produits et adoption de mesures d’assurance-qualité correspondantes;
  • organisation du projet en une forme juridique reconnue (réduction du risque et image professionnelle vis-à-vis de l’extérieur).

Informations supplémentaires sur les Bases légales pour un service traiteur (pdf)
Informations supplémentaires sur les Modèles de contrat pour un service traiteur (pdf)
Informations supplémentaires sur les Modalités de sortie pour un service traiteur (pdf)

Comment êtes-vous organisé légalement ?
Y a-t-il des responsabilités au sein de la SARL ?
Qu’est-ce que vous faites des normes de qualité et de la responsabilité ?

Durées moyennes pour un service traiteur communautaire:

  • Processus de fondation: 6 à 12 mois.
  • Durée du contrat: 5 à 15 ans, selon les ambitions, le montant des investissements et le projet de vie des partenaires.

Le contrat peut bien sûr être prolongé en tout temps; idéalement, on réglera cela dans le contrat. Le contrat doit aussi contenir une réglementation relative à la sortie avant terme d’une partenaire, pour que ce départ se passe au mieux.

Informations supplémentaires sur la Durée d’un service traiteur (pdf)
Informations supplémentaires sur les Bases légales pour un service traiteur (pdf)
Informations supplémentaires sur les Modèles de contrat pour un service traiteur (pdf)
Informations supplémentaires sur les Modalités de sortie pour un service traiteur (pdf)

Y a-t-il beaucoup de fluctuations dans l’équipe ?
Combien d’apéritifs faites-vous par an ?
  • On trouvera d’autres renseignements sur les services traiteurs:
    • en discutant avec des collègues qui ont une certaine expérience en la matière;
    • en contactant des services de consultation/vulgarisation spécialisés et des spécialistes, que l’on peut consulter également avant et pendant le processus de fondation d’un service traiteur;
    • en contactant les inspectorats cantonaux des denrées alimentaires
Avez-vous eu besoin de conseils d’experts pour la constitution ?

Comme les situations critiques et les conflits possibles sont pratiquement les mêmes pour les services traiteurs que pour les communautés d’exploitation et les communautés partielles d’exploitation, nous renvoyons aux informations correspondantes données pour ces formes de collaboration interentreprises ainsi qu’aux informations générales sur la gestion des conflits :

Site Internet Théorie du conflit

Comment gérez-vous les conflits ?

En cas de conflit majeur ou chronique, les mesures suivantes peuvent être prises en fonction du degré de gravité:

1. La confiance et la communication sont encore intactes au sein de la communauté:
Organiser une discussion entre personnes concernées. Prévoir suffisamment de temps dans un lieu où l’on n’est pas dérangé. Pendant la discussion, être particulièrement attentif à une culture de communication franche et loyale. Vérifier l’adéquation des mesures prises, le cas échéant, lors d’une période d’essai, analyser leurs effets et les adapter si nécessaire. Selon le cas, inviter un expert externe à l’une des réunions, qui pourra donner un retour d’information général sur les attitudes et les styles de communication.

2. La confiance et la communication sont entamées, mais fonctionnent encore plus ou moins:
Organiser une discussion entre tous les associés pour régler le problème à l’interne si possible. Pendant la discus-sion, être particulièrement attentif à une culture de communication franche et loyale. Convenir à l’avance des ob-jectifs de la réunion et consigner les résultats. Vérifier l’adéquation des mesures prises, le cas échéant, lors d’une période d’essai, analyser leurs effets et les adapter si nécessaire. Ici aussi, il peut être utile de solliciter le soutien d’un expert externe.

3. La confiance a souffert et une communication ouverte n’est plus assurée:
Solliciter un soutien professionnel (médiation, coaching, arbitrage) pour la résolution du conflit et obtenir pour cela l’accord explicite de tous les associés. Clarifier avec l’expert externe les objectifs de la consultation et convenir d’un calendrier et d’un budget. Participer de manière constructive au programme proposé par l’expert et s’employer avec sérieux à la mise en oeuvre les mesures décidées.

4. La confiance est rompue et la communication ouverte ne fonctionne plus:
Examiner d’abord à l’aide d’un coaching ou d’une médiation si la communauté a encore une chance de survie. Si oui, procéder comme au point 3. Si non, ne pas hésiter à envisager la sortie d’un associé ou la dissolution de la communauté. Faire appel impérati-vement à un professionnel, car dans les deux cas de figure, une communication ouverte et franche est plus que jamais cruciale. Le plus souvent, il faut le soutien d’un modérateur/coach et d’un fiduciaire/conseiller d’entreprise. L’investissement en vaut la peine dans tous les cas. En effet, une fin chaotique et litigieuse qui s’éternise coûtera non seulement beaucoup plus cher, mais laissera aussi de profondes blessures. En cas de dissolution, suivre le programme proposé par l’expert de manière constructive et mettre en oeuvre les mesures et les tâches décidées diligemment et avec sérieux. Si la dissolution est menée correctement et rapide-ment, les ex-associés pourront se remettre sur pied beaucoup plus rapidement et reconstruire leur avenir sans en-combre.

Foire aux questions

Quelles dispositions légales devons-nous remplir si nous, quatre paysannes du même hameau, voulons exploiter un petit restaurant avec nos produits de la ferme?2021-01-26T18:33:19+01:00

L’accueil-restauration à la ferme présuppose le respect de toute une palette de dispositions légales et de règlements. D’abord, il faut vérifier que les exigences en matière d’aménagement du territoire pour la restauration en zone agricole sont remplies (lien factuel étroit avec l’agriculture par l’utilisation de produits de la ferme, travail fourni principalement par la famille de l’exploitant, etc.). Ensuite, il faut remplir les mêmes conditions générales en matière de construction que celles qui s’appliquent à des établissements de restauration similaires en zone non agricole (hygiène alimentaire, protection contre l’incendie, prévention des accidents, installations sanitaires, etc.) En outre, s’agissant de la transformation de denrées alimentaires, toutes les réglementations concernant la provenance, la qualité, l’hygiène, la déclaration, etc., doivent être respectées et documentées au moyen d’un autocontrôle. Il faut également respecter les dispositions du droit du travail (convention collective de travail pour la restauration ou convention collective de travail pour l’agriculture si moins de 50 % des salariés sont employés dans la restauration, comptabilité AVS, etc.). Enfin, il faut obtenir les autorisations nécessaires (patente de cafetier, licence de débit d’alcool, etc.) et remplir les exigences de notification.

Nous allons régulièrement ensemble au marché hebdomadaire pour vendre les produits de nos fermes. Nous ne sommes pas d’accord sur la nécessité de fonder une société pour cette activité – un tel investissement en vaut-il vraiment la peine ?2021-01-26T18:31:22+01:00

Dans la phase initiale, une initiative commune de commercialisation peut tout à fait se passer de structures formelles et reposer sur des conventions orales concernant notamment la facturation aux clients, le décompte entre partenaires sur la base des factures des produits livrés, l’indemnisation du travail fourni et des frais de déplacement, etc.

Mais sachez que ce concept informel est déjà une société simple au sens du code des obligations (art. 530 ss CO). Cette forme juridique naît aussi tacitement, sans contrat écrit – les règles applicables sont celles prévues dans le CO pour la société simple. Dès lors, pourquoi ne pas fonder activement une telle société et régler les principes importants en fonction de vos besoins, concernant p. ex. la prise de décision, les taux de compensation, la répartition des profits et des pertes, la procédure en cas de dissolution, etc. ? Avec le soutien d’un conseiller spécialisé, une solution pratique peut être trouvée sans trop d’efforts.

Nous voulons organiser un service traiteur avec les produits de la ferme. Quelles assurances devrions-nous souscrire?2021-01-26T18:30:43+01:00

Afin de ne pas avoir à supporter la totalité des coûts en cas de dommage, vous devriez avoir les assurances suivantes pour couvrir les risques liés à votre projet (vérifiez celles que vous avez déjà et souscrivez les manquantes) : assurance RC entreprise, assurance incendie, assurance vol, assurance RC produits, assurances sociales pour la main d’œuvre externe et/ou familiale (AVS, AI, APG, caisse de pension et assurance-accident). En consultant un courtier en assurance, vous éviterez d’oublier quelque chose.

Exemples pratiques

Baselbieter Bäuerinnen Apéro (BL)

Cateringservice - Alle Praxisbeispiele (PDF) Contact Baselbieter Bäuerinnen Apéro GmbH Chrüeglihof 462 Rickenbach www.blba.ch ...

Go to Top