La Ferme de Bassenges valorise les espaces agricoles des campus de l’UNIL à Dorigny et de l’EPFL à Bassenges par une production biologique et diversifiée, dans une perspective de résilience et d’autonomie. La vision commune est ancrée autour d’une agriculture productive et locale à travers une gestion holistique des ressources menant à la création d’un écosystème aux dimensions adaptées aux besoins agricoles. L’accent est mis sur les productions à forte valeur ajoutée telles que le maraîchage, les brebis laitières, l’arboriculture et les grandes cultures de niches.

Un des objectifs est de tendre vers l’autonomie en visant un cycle fermé, par exemple en limitant l’utilisation de machines propulsées par des énergies fossiles (utilisation de la traction animale). Basée sur un mouvement participatif, la Ferme de Bassenges mobilise le plus possible l’intelligence collective afin de promouvoir la co-responsabilité.

Carte d’identité

Ferme de Bassenges

Statut Sàrl (6 associé-e-s)
Production Maraîchage, production de plantons, grandes cultures, arboriculture et brebis laitières
Transformation Fromages
Commercialisation Marché à la ferme
Label En reconversion Bourgeon Bio
Installation 2020
Surface agricole utile 7,4 ha
Deux baux avec l’EPFL et l’UNIL (durée de 6 ans, franc symbolique)
Statut des surfaces Zones à bâtir et surface d’assolement (parcelle de Bassenges uniquement)
Surface de maraichage 8077 m2 (2020)
Sol Sol très humifère sur la parcelle de Bassenges utilisée en maraichage avec une texture équilibrée (20% argile, 30% limon, 50% sable). Sur la parcelle à Champagne, présence de remblai évidente, sol très caillouteux et léger alors que la parcelle de Unithèque possède un sol extrêmement limoneux
Climat Environ 80 mm par mois (moyenne entre 2010 et 2018, station hydrologique de Crissier) et 4 à 9 jours d’ensoleillement (couverture nuageuse moins de 20%) en moyenne par mois. Température moyenne entre juin et septembre de 21 à 24 °C (maximale moyenne quotidienne), température moyenne minimale de 4 à 0 degrés entre novembre et février

Gouvernance

La Ferme de Bassenges est une Sàrl fondée par 6 associé-e-s dont 2 majoritaires (en possession d’une formation agricole reconnue). Trois associé-e-s, travaillant à temps plein sur la ferme, sont salarié-e-s de la Sàrl.
Le système décisionnel et organisationnel s’inspire des principes d’une gouvernance partagée. Une co-responsabilité favorisant une dynamique participative est promue notamment à travers des réunions fréquentes. Les cercles d’activité ne sont pas formellement attribués à un-e responsable mais plutôt répartis selon les expériences et connaissances de chacun-e.

Design

Le Design de la Ferme s’appuie sur les valeurs partagées au sein du collectif : pratiques agroécologiques, résilience, autonomie du système et intelligence collective.
Dans la gestion agronomique du site, une attention particulière est portée sur le bouclement des cycles naturels et les interactions entre les éléments du système agroécologique. Par voie de conséquence, la ferme tend vers une réduction des intrants et de l’utilisation des énergies fossiles. La diversité des productions et d’écosystèmes, la polyculture-élevage et l’agroforesterie influencent, dans le temps, les éléments qui s’organisent sur le parcellaire :
grandes cultures, prairies intensives et extensives, haies et zone tampon, planches maraichères et serres, petits fruits, fruitiers mi-tiges et hautes tiges, têtards, zones humides et refuge de biodiversité, surfaces à litière.

Pratiques culturales inspirées de l’agriculture biologique, de la biodynamique et de l’agroforesterie.

Le maraîchage est réparti sur 3 parcelles, travaillées principalement en traction animale (sauf à la première implantation). La superficie (calculée sur les planches/billons et inter-planches, hors chemins) est de 8077 m2 organisés de la manière suivante en année 1 (2020) :

  • Parcelle 1, Bassenges :
    • 21 billons de 80 cm – 1 m avec un inter-billon de 40 à 50 cm sur une longueur de 110 m
    • Surface sous sous-abri de 150 m2 et 3 buttes de 70 à 80 cm de large sur 30 m de long, 2 lignes extérieures de 50 cm de large et des passe-pieds mesurant entre 30 et 40 cm de large
  • Parcelle 2, Champagne : 75 billons de 75 m de long pour 60-75 cm de large selon les cultures (sans inter-rangs)
  • Parcelle 3, Unithèque : surface en polygone (environ 110 m de long, 8 m petite largeur, 12 m grande largeur) pour les cultures extensives
Rotations

Durant la première d’année d’installation (2020), le maraîchage ne suit pas un plan de culture strict. Un schéma comprenant les rotations, ainsi que l’irrigation, les bandes enherbées et arborées sera élaboré en année 2 (2021).

Fertilisation
  • Import de compost (2020) pour le maraîchage et les grandes cultures
  • Import de fumier, encore probablement jusqu’en année 3 (2022)
  • Engrais verts après chaque culture
  • Litière de joncs de Chine
Gestion des maladies et des ravageurs
  • Filet
  • Association de cultures
  • Rotations et couverts végétaux
  • Variétés résistantes
Autres informations
  • Coupe-vent

En année 1 (2020), les surfaces sont composées de :

  • 1,5 ha de sarrasin, tournesol, maïs polenta et millet
  • 0,08 ha de bandes de fruitiers mi-tige (automne 2020 et 2021)
  • 0,60 ha d’arboriculture entre les bandes de grandes cultures (participation au Projet d’Agroforesterie du Canton). Le système comprend des lignes d’arbres tous les 30 m, structuré de manière à avoir les plus petits arbres proches des bâtiments (abricotiers, pêchers), puis poiriers et pommiers haute-tige et enfin plaqueminiers ainsi que cerisiers.
  • Arbres fruitiers haute-tige (surtout cerisiers et noyers, mais aussi cognassiers, pommiers, poiriers, figuiers) déjà présents autour de la ferme, plantation de 24 arbres haute-tige dans le talus surplombant la ferme à l’automne 2020
  • 2 équidés comme force de traction (1 mule et 1 jument)
  • 12 brebis laitières dont 6 en lactation en 2020 pour la production de fromages, race rustique
  • 1 couple de cochons laineux pour le petit-lait de fromagerie et le déchaumage
  • 12 poules pour les œufs (auto-consommation)
  • Ruches (gérées par des externes)

Fourrage : achat en début d’année 2020 (installation) puis autonomie de foin durant le reste de l’année. Volonté de boucler les cycles à travers l’affouragement des refus des brebis laitières aux équidés et utilisation des restes de la production fromagère et maraichère par les cochons.

Bâtiment et infrastructure
  • 1 tunnel maraîcher mobile
  • Chambre froide isolée en paille
  • Écurie pour les équidés
  • Fromagerie (agrandissement en 2021)
  • Bergerie
  • Atelier mécanique
  • Menuiserie
  • Serre à plantons
Matériel
  • Moto-faucheuse (foins)
  • Prêt d’un tracteur avec pirouette et botteleuse pour les foins
  • Déchaumage à disque avec tracteur pour les grandes cultures
  • Kassine (porte-outil) pour la traction animale afin d’entretenir et façonner des buttes
  • Vibro-culteur, herse classique et charrue en traction animale
Irrigation
  • Récupération de rampes d’irrigation pour la 2ème parcelle
  • Sur les autres parcelles, mélange d’aspersion et de goutte-à-goutte selon les cultures
Auto-construction

Durant l’année 2020, d’importants travaux d’auto-construction ont été entrepris afin de mettre en place des chambres froides. Excepté le groupe froid posé par des professionnels, les deux chambres froides ont été auto-construites avec des matériaux n’ayant pas nécessité d’énergie fossile pour leur production (paille, terre, chaux). Les deux chambres mesurent respectivement 7 et 18 m2 et serviront pour l’entreposage des légumes et des pommes de terre. Si le groupe froid représente la plus grosse dépense (environ 18’000 CHF), les dépenses des matériaux (5000 à 7000 CHF) sont dues principalement aux portes (4500 CHF). La construction de ces deux espaces a demandé plus de 800 heures de travail.

Cellule de travail

5 équivalents temps plein (ETP) travaillent en 2020 sur la ferme :

  • 3 associé-e-s à 100% et salarié-e-s (3 ETP)
  • 1 ETP représenté par les autres membres du collectif non-rémunéré-e-s
  • 1 ETP réparti entre les bénévoles et l’aide familiale sur les chantiers participatifs, les récoltes, le maraîchage, etc.

Le temps horaire suit le modèle définit pour les agriculteurs. Le maraîchage à lui tout seul représente 2,5 ETP.

Organisation

Répartition des tâches selon domaines de compétences et lien avec les bénévoles présent-e-s.

Formation et compétences spécifiques

Les co-fondateur-trice-s détiennent les formations suivantes :

  • CFC et Brevet fédéral d’agriculteur
  • Ingénieur agronome HEPIA, Master en système de production durable HAFL, CFC pépiniériste – horticulteur
  • Ingénieur EPFL en environnement
  • Doctorat en hydrologie, UNIL
  • Bachelor et Master en sciences économiques et sociales

Expériences spécifiques :

  • Agriculture biologique et biodynamique (15 ans)
  • Conseil agricole et enseignement en culture spéciale, production végétale, économie rurale
  • Maraîchage en production biologique (2 ans)
  • Pédologie
  • Mécanique et auto-construction

Instauration de week-end de piquet pour les marchés et les animaux, tournus de 2 personnes parmi les 6 co-fondateur-trice-s.

Pas d’horaires ni de nombre d’heures fixes, dépendamment de chaque individu.

Le lien avec la société est concrétisé notamment par la situation géographique de la ferme qui permet à de nombreux passants de s’arrêter et de poser des questions. Les chantiers participatifs et les travaux des champs sont les moments privilégiés pour construire un lien avec la société civile. Le moment le plus régulier reste le marché à la ferme se déroulant deux fois par semaine.

Soin particulier à la biodiversité : zone d’arbre haute-tige, pâturages extensifs, zone humide, nichoirs, tas de pierres/branches, bandes fleuries. Différentes haies ont été mises en place telles que des haies refuges (épine noire, aubépine, églantier etc.), vivrières (cornouiller, noisetier, merisier, néflier etc.), fleuries (sureau, chèvrefeuille, troène, viorne) ou encore hygrophiles (saules, nerprun, argousier). Arbres têtards (saules, frêne, chêne) servant de fourrage mais également de refuge pour de nombreux organismes.

Forte volonté de fermer les cycles de la matière et des nutriments par exemple en valorisant les déchets de production par le bétail (porcs laineux, équidés) et en minimisant les intrants.

Minimiser l’utilisation d’énergie fossile est également une valeur centrale se traduisant notamment par une réflexion autour des matériaux nécessaires pour les différentes installations (par exemple construction d’une chambre froide en paille plutôt qu’en panneaux d’isolation industriels) ou encore de la mise en place de la traction animale à la place de machines thermiques.

Chiffres clés 2020
Estimation de l’année 1 d’installation
2025
Année croisière estimée
SURFACES
Surface agricole utile (SAU) 7,4 ha 7,4 ha
Surface en maraîchage
(planches maraîchères avec passe-pieds, plein champ et sous-abri)
8’077 m2 11’667 m2
Taux d’utilisation de la SAU au maraîchage 11 % 16 %
Taux de surface sous-abri (serre) / surface en maraîchage 3 % 2 %
MAIN D’ŒUVRE
ETP maraîchage (hors administratif) 2,5 ETP 2,5 ETP
Surface en maraîchage / ETP maraîchage 3’231 m2/ETP 4’667 m2/ETP
DONNÉES ÉCONOMIQUES
Chiffre d’affaire du maraîchage / Chiffre d’affaire de la SARL 43 % 41 %
EBITDA / SAU – 6’516 CHF/ha 18’244 CHF/ha
EBITDA / ETP – 9’664 CHF/ETP 27’001 CHF/ETP
DONNÉES ÉCONOMIQUES RAPPORTÉES À LA SURFACE DU MARAÎCHAGE
+ Produits du maraîchage 4,83 CHF/m2 12,00 CHF/m2
– Charges spécifiques du maraîchage 1,27 CHF/m2 1,27 CHF/m2
= Marge brute comparable du maraîchage 3,56 CHF/m2 10,73 CHF/m2
– Charges de personnel attribuées au maraîchage 4,24 CHF/m2 6,94 CHF/m2

Fiche Business Modèle

Canevas

Partenaires clés

  • UNIL & EPFL (infrastructure, vie du campus)
  • Voisins agriculteurs.
Activités clés

  • Maraîchage
  • Élevage & transformation laitière
  • Grandes cultures
  • Arboriculture
  • Accueil d’enfants
  • Auto-construction
  • Attention portée à l’écosystème agronomique
  • Échange de services et d’informations
Proposition de Valeur

  • Légumes
  • Fromages
  • Plantons
  • Accueil et sensibilisation à un système agricole
Relations Clients

  • Vente directe
  • Chantiers participatifs
  • Réseau universitaire
Groupe de Clients

  • Consommateurs : habitants du quartier et campus des écoles
  • Restaurants et magasins
Ressources clés

  • Savoir-faire
  • Traction animale
  • Écosystèmes au sein de la ferme
  • Baux
  • Pool d’expériences et de matériel (interne et externe)
Canaux de Distribution

  • Marché à la ferme
  • Self- service à la ferme
Structure de coût

  • Main d’œuvre
  • Charges spécifiques des végétaux et animaux
Sources de revenus

  • Produits du maraichage et des grandes cultures
  • Produits d’élevage
  • Produits des plantes pérennes

Vente directe : 2 jours par semaine, à la ferme

Témoignage de l’exploitant sur ses objectifs

Bonjour,

……

Mme Jardin, Ferme xy

Projets

  • Association pour l’accueil et les événements
  • Mise en place de 2 tunnels maraîchers supplémentaires
  • Grandes cultures : se passer entièrement de labour
  • Auto-production de fumier
  • Construction d’un poulailler mobile et d’une porcherie
  • À 5-8 ans, développement de l’activité de meunerie et boulangerie et conserverie sur site
  • Développement de la production de semences

Résultats économiques

Estimation du résultat économique 2020
Première année d’installation
Estimation du résultat économique 2025
Année de croisière

*EBITDA : Earnings before Interest, Taxes, Depreciation and Amortization
Résultat des activités courantes d’exploitation avant déduction des intérêts (résultat financier), impôts et amortissements des immobilisations corporelles et incorporelles

Ce portrait a été réalisé en collaboration avec :

Soutenu par :