Description

Avoir un sol continuellement couvert par des végétaux notamment dans le cas des sarclées pour diminuer l’impact des gouttes de pluie, améliorer l’infiltration de l’eau et la portance du sol. Le sol est travaillé sur toute la surface sur un sol si possible couvert de végétaux (débris végétaux) et de manière superficielle avec des outils à dents pour déchaumage superficiel, déchaumeuses compactes à disques. Il faut privilégier les machines ou les outils qui ne sont pas animés par la prise de force. La semence est déposée dans la litière, proche de la surface.

Cette technique consiste à semer une culture principale sous un couvert de résidus végétaux (mulch) ou directement dans la culture intermédiaire gelée.

Principe

  • Se pratique de la même manière que du semis direct
  • En général pour des cultures sarclées (maïs, betteraves)
  • Peu adapté sur des sols moins riches en argiles et plus riches en sable
  • Semis sous litière possible :
Type Principe
Sous paille de céréales Hachage de la paille par la moissonneuse batteuse, incorporation avec travail du sol superficiel
Sous engrais vert non-hivernant Hachage de l’engrais au printemps, incorporation avec travail du sol superficiel
Sous engrais vert hivernants Hachage de l’engrais au printemps, incorporation avec travail du sol superficiel
Sous culture dérobée -> seigle d’automne Récolte au vert du seigle, passage du chisel, éventuellement labour
Sous culture dérobée -> prairie artificielle Coupe au printemps, retournement de la prairie conseillé

Exemple d’itinéraires techniques dans le cas du maïs

  • Mi- à fin juillet ; récolte du précédent (en général céréales)
  • Fumure NPK
  • Déchaumage superficiel pour faire germer les résidus de récolte du précédent
  • Mi-août ; semis sans labour d’un engrais vert non-hivernant (sensible au gel). Le semis doit être suffisamment tôt pour pouvoir se développer suffisamment.

Avril-mai ; hachage de l’engrais vert non-hivernant et passage direct au cultivateur pour incorporer rapidement les résidus végétaux. Hersage et semis du maïs. Il peut y avoir quelques bourrages de résidus végétaux devant les socs du semoir lorsque le sol n’est pas suffisamment ressuyé et lorsque les engrais verts ne sont pas assez émiettés

Avantages

Structure du sol stable
Bonne infiltration de l’eau
Meilleur portance
Augmentation MO
Apport d’éléments nutritifs
Biodiversité

Risques

Bourrage du semoir dans certains cas

Contributions

Contributions de 150 CHF par hectare et culture principale (période de 2014 à 2021)

En cas de renoncement à l’emploi d’herbicide à partir de la récolte du précédent cultural jusqu’à la récolte de la culture principale ayant droit à la contribution, un montant supplémentaire de CHF 200 CHF par hectare et culture principale sera versé.

Le renoncement aux herbicides ne doit pas être forcément fait sur toutes les parcelles sur lesquelles des techniques de travail préservant le sol ont été annoncées.

Dans le cas du semis sous litière et uniquement dans le cadre des contributions pour le non-recours aux herbicides, l’utilisation de la charrue comme moyen de lutte contre les « mauvaises herbes » est tolérée, à condition toutefois de respecter la pro­fondeur de travail de 10 cm au maximum

Coûts

Pas de coûts supplémentaire

Les coûts sont bas pour une efficacité élevée

Fiche technique AGRIDEA des contributions pour des techniques culturales préservant le sol

Précédent
Retour au menu principal