Description

Protection de la structure du sol contre les pluies.

Apport d’une couche de matière organique (paille de céréales et d’herbes diverses, écorces, débris végétaux, fumier de bovins ou équidés, BRF avant semis/plantations, après récolte)

Principe

  • Le paillis permet de réguler les écarts de température du sol (jour/nuit), en favorisant le maintien de la chaleur dans le sol au printemps et en automne, et au contraire en maintenant une certaine fraîcheur et en limitant les écarts de température pendant la saison estivale chaude
  • Il permet maîtriser le développement des adventices en interceptant le rayonnement solaire nécessaire à la germination
  • L’évaporation de l’eau est ralentie et l’humidité est maintenue dans le sol, par une barrière limitant la déshydratation induite par le vent et le soleil qui accélèrent l’évaporation
  • La structure du sol est améliorée et permet de limiter la battance du sol (ce qui diminue le besoin de sarclage et binage)
  • Le paillage amène au sol de la matière organique et en nutriments grâce à la dégradation du matériau (s’il est biodégradable). La dégradation va augmenter la présence de la microfaune utile sol
  • Pour certaines cultures, les conditions de culture sont améliorées, en procurant une surface propre et sèche aux fruits reposant sur le sol comme les courges, les melons ou les fraises

Exemples :

  • L’abondance des résidus végétaux surtout après maïs grain gène le passage du semoir et peut altérer la précision de semis. Il faut donc veiller à broyer et répartir de manière homogène le reste de culture précédent.
  • Pour la pomme de terre, les planteuses sont équipées de disques spéciaux qui découpent le paillis et séparent les lignes de pommes de terre. Le paillis protège le sol de l’érosion durant les premières semaines de croissance et s’intègre au fur et à mesure de la levée des plantes
  • Une deuxième culture d’engrais verts peut être semée vers la fin de la culture de pomme de terre, lorsque les plants s’assèchent. La culture de couverture aide à assécher les lits, permettant ainsi d’obtenir des tubercules plus sains et de réduire le risque de dégâts durant la récolte. L’engrais vert est séparé de la pomme de terre par une arracheuse mécanique et est laissé sur le sol après la récolte pour le protéger de l’érosion.

Avantages

Valorisation des restes de pailles (grandes cultures). Ou utilisation des pailles d’une culture de couverture ayant produits beaucoup de biomasse
Apport de MO, vie organique
Garde le sol frais en été et chaud au printemps et en automne
Diminue le besoin en eau car plus grande rétention
Diminue la pression des adventices
Augmente la porosité

Risques

BRF enfouis crées des problèmes, décomposition ralentie
Paillage plastique pas écologiques. Difficile à mettre en place pour grandes cultures
Risque de faim d’azote suivant le rapport C/N du paillis

Contributions

Aucune

Coûts

Peu de coûts supplémentaires si matière sur place

Si achat de matière pour faire le paillage cela peut revenir cher suivant les quantités

Passage supplémentaire peut également augmenter les coûts.

Coûts moyen pour une efficacité moyenne

Document produit par la chambre d’agriculture occitanie : Valorisation des paillages en maraîchage bio

Article de Biomarket insights sur les plastiques biodégradable en agriculture et horticulture (Article en anglais)

Document québecois d’un essai de maïs sous paillis plastique en grande culture : Grandes cultures le maïs sous paillis de plastique

Essai belge de mulch avec du chanvre : Essais paillages de chanvre industriel

Vidéo sur le BRF (Bois Raméal Fragmenté) : Comprendre le BRF, Interview de Jacky Dupéty

Vidéo réalisée par Ver de Terre production : Semis direct et BRF en grandes cultures – Entretien avec Pierre AUSSANT

Précédent
Retour au menu principal