Description

Chaque culture a une sensibilité différente à l’érosion. Ainsi, les interrangs larges de la culture de maïs favorisent l’écoulement de l’eau tandis que ceux des céréales le freine. L’alternance des cultures dans le paysage est donc primordiale pour limiter la prise de vitesse des écoulements.

Les cultures sujettes à l’érosion doivent être si possible implantées sur des pentes faibles. Si impossible, il faut favoriser une couverture maximal du sol en associant plusieurs cultures ou en réalisant un sous-semis.

Exemple :

Pour les cultures sensibles à l’érosion, il faut les soumettre à un travail dit de conservation du sol

Risque d’érosion pour différentes grandes cultures
Très faible Prairie artificielle
Faible Orge d’automne, seigle d’automne, avoine, céréales de printemps, colza
Moyen Blé d’automne, pois
Élevé Maïs, betterave, pommes de terre, soja, tabac, tournesol

Eviter une rotation avec plus d’un tiers de cultures sarclées (maïs y compris).

Exemples de rotation et risque d’érosion
Faible risque Prairie – Prairie – Prairie – Blé de printemps – Orge d’automne – colza – Blé d’automne
Fort risque Blé d’automne – Maïs – Blé de printemps – Pommes de terre – Orge d’automne – Betterave

Avantages

Un assolement plus diversifié, conjoint à une rotation plus diversifiée, diminue le risque d’apparition de maladies, de propagation des ravageurs et d’invasion par les adventices
La diversité des cultures dans la rotation et l’assolement favorise une meilleure qualité de paysage, une plus grande biodiversité et une meilleure structuration et stimulation de la vie du sol

Risques

Introduction de cultures à moindre valeur ajoutée
Augmentation du nombre d’itinéraires techniques à connaître

Contributions

Aucune

Coûts

Coûts bas voire nul pour une efficacité élevée mais il peut y avoir un manque à gagner pouvant être important suivant les situations.

Précédent
Suivant